Le département d’histoire mobilisé pour les retraites et contre la LPPR

Réuni en assemblée générale le 23 janvier 2020, le département d’histoire de l’université de Paris (UFR GHES) a voté la motion suivante: 

“Les enseignant.es du département d’Histoire de l’Université de Paris, réuni.es en Assemblée générale le jeudi 23 janvier 2020, confirmant, comme leurs collègues de l’Université de Bordeaux Montaigne dont ils.elles adoptent le texte, leur engagement contre la réforme des retraites et la logique de précarisation dans laquelle elle s’inscrit, s’opposent, pour les mêmes raisons, à la réforme des concours de l’enseignement ainsi qu’au projet de loi LPPR (« Loi de programmation pluriannuelle de la recherche »). Ils.elles dénoncent l’ensemble de ces réformes et leur logique néo-libérale, qui aboutissent, in fine, à la destruction de l’Université, de l’enseignement et de l’ensemble des services publics. Ils.elles ont par conséquent voté :
– la grève les jours de mobilisation nationale,
– la grève des enseignements (sous la forme de cours mobilisés ou autres modalités laissées à l’appréciation des enseignants grévistes), reconductible jusqu’à la prochaine AG du département d’Histoire le 28 janvier
la grève administrative (rétention des notes, non tenue des jurys, parcoursup).​”