In Memoriam Omar Carlier, par Olivier Bouquet

1er février 1969, « j’arrive en terre d’islam ». Omar Carlier a vingt-cinq ans tout juste. C’est son baptême de l’air. Il est frappé par cette découverte de l’Algérie, vue du ciel. Cette empreinte lui reste quand, dès ses premiers jours à Oran, il arpente la ville « nuit et jour », ou quand, à partir de 1976, et pendant une quinzaine d’années, il parcourt le pays « par cercles concentriques », autour de « camps de base ». Son diplôme de Sciences-Po et une licence de droit en poche, il est parti pour deux ans à Alger comme volontaire du service national. Il y restera plus de vingt ans.

« Je suis venu pour enseigner. Je vais commencer par apprendre ». À l’Université d’Oran, parmi ses étudiants, des jeunes, des fonctionnaires, des anciens du maquis, des quadras. À leurs côtés et avec eux, Omar apprend beaucoup sur les cadres politiques et l’action de l’Étoile Nord-Africaine et du Parti du Peuple Algérien. Il constitue tout un lexique. Déjà à Sciences-Po, il voulait travailler sur la genèse du nationalisme radical. Charles-André Julien l’en avait dissuadé – pour des raisons qu’Omar a analysées a posteriori. En 1971-1972, il se met en mouvement pour écrire le DES qu’il projetait. 

Une expérience d’archives fondatrice à Paris, aux côtés de Claude Collot, ancien enseignant en Algérie comme lui. Et puis une rencontre décisive : le docteur Bensmaïn, ancien sympathisant de l’ENA. C’est par lui qu’il rencontre Messali Hadj. Omar fait du terrain. Il fait avec les moyens du bord : souvent, il dort dans sa voiture, éreinté après une journée d’enquête, dans les garages, les cafés, sur les pas de porte. Il n’a pas toujours de quoi financer ses missions – il doit renoncer à travailler aux archives de Londres et de Washington. Omar était un marcheur. Il marchait vite, sac à dos. Il était un enseignant. Il pouvait parler sans notes, des heures durant. Dans les colloques et les thèses, on n’arrivait pas à le faire taire. Il aimait écrire. Il avait du style, porté par une plume alerte et des accents bien à lui – un goût si particulier pour des adverbes (« derechef »). 

Une gouaille, le sourire bienveillant et l’œil vif. Il avait pris le temps pour construire une recherche patiente. Il gardait tout son temps pour lire et pour échanger. Il avait rédigé une thèse importante, un classique aujourd’hui : Entre nation et djihad. Le premier volume comprend 200 pages de méthodologie d’enquête orale. « Historiens à vos micros ? » (Ph. Joutard). Pas exactement : en général, ses interlocuteurs ne souhaitaient pas être enregistrés. Donc, il prenait des notes. Il en a toujours pris : dans les séminaires, il était l’un des seuls ER présents à écrire tout du long, autant qu’il écoutait.

Omar n’était d’aucune chapelle : il était revenu à Sciences-Po pour soutenir sa thèse, boucler la boucle et publier son travail (aux presses de la FNSP), conçu comme un « assemblage », entre réflexions théoriques et enquêtes de terrain. Recruté au département d’histoire de Paris 1, il intègre des éléments de ses « protocoles de recherche » à un cours d’histoire orale, proche de ceux de l’africaniste Claude-Hélène Perrot, qu’il transmettra ensuite aux historiens des mondes extra-européens de Paris 7. Avec les collègues du SEDET puis du CESSMA, il a étudié la ville, le sensible, les sociabilités. La question du corps (de l’incorporation) a occupé une place grandissante dans ses travaux.

Tous les ans, je donne à lire son « café maure » aux étudiantes et étudiants, article paru dans la revue de Braudel – l’un des « géants » sur les épaules desquelles il aimait se jucher comme il disait, avec Berque, Julien, Massignon, Rodinson, Grandguillaume, etc. L’article paraît en 1990. C’est un tournant dans le parcours d’Omar : il passe de l’histoire politique à l’anthropologie historique. Il vit ce qu’il voit et voit ce qu’il vit : « de l’islahisme à l’islamisme » (Cahiers d’études africaines), autre article lumineux : en 1992, qui comprend aussi bien qu’Omar ce qui se passe et d’où ça vient ? L’année suivante, il quitte l’Algérie – la « décennie noire » passée, il y reviendra souvent, avec son épouse : il en a acquis la nationalité, au début des années 1980. 

Ce qui marque la grande densité de ses années 1990-1994, ce qui fait  l’unité de son parcours pendant un demi-siècle, tient dans le titre des mélanges qui lui ont été consacrés en 2018 (M. Corriou, M. Oualdi, éd., 2018) : une histoire sociale et culturelle du politique. C’est bien de cela qu’il s’agit. La suite du sous-titre est géo-biographique : en Algérie et au Maghreb. L’histoire d’une « incorporation » d’un chercheur qui se tourne aussi bien vers l’Afrique que vers la Méditerranée orientale. Omar voit loin, bien au-delà d’un pré carré qu’il voudrait préserver après lui.

En 2013, quand il prend sa retraite, c’est à l’histoire ottomane qu’il pense, afin qu’on continue d’enseigner l’histoire du Maghreb, mais autrement, indirectement. Cela lui va. L’important, c’est qu’on continue d’interroger autour de lui et après lui les sujets qui l’obsèdent : « comment ça pense ? comment ça tient ? ». Professeur émérite, il est frappé par la maladie. Il ne gagnera peut-être pas la guerre dit-il, mais il « a bien l’intention de gagner quelques batailles ». Il relève le défi, bien plus qu’il ne l’espérait. Avec sa famille, parmi ses proches et au milieu de ses livres. Au CESSMA, il continue d’échanger sur ce qui se publie, sur ce qui se fait. Il nous  manquera. Il restera avec nous.

Olivier Bouquet

Ce texte a aussi été publié sur la page du CESSMA.