Archives de l’auteur : pascalmontlahuc

In Memoriam Omar Carlier, par Olivier Bouquet

1er février 1969, « j’arrive en terre d’islam ». Omar Carlier a vingt-cinq ans tout juste. C’est son baptême de l’air. Il est frappé par cette découverte de l’Algérie, vue du ciel. Cette empreinte lui reste quand, dès ses premiers jours à Oran, il arpente la ville « nuit et jour », ou quand, à partir de 1976, et pendant une quinzaine d’années, il parcourt le pays « par cercles concentriques », autour de « camps de base ». Son diplôme de Sciences-Po et une licence de droit en poche, il est parti pour deux ans à Alger comme volontaire du service national. Il y restera plus de vingt ans.

« Je suis venu pour enseigner. Je vais commencer par apprendre ». À l’Université d’Oran, parmi ses étudiants, des jeunes, des fonctionnaires, des anciens du maquis, des quadras. À leurs côtés et avec eux, Omar apprend beaucoup sur les cadres politiques et l’action de l’Étoile Nord-Africaine et du Parti du Peuple Algérien. Il constitue tout un lexique. Déjà à Sciences-Po, il voulait travailler sur la genèse du nationalisme radical. Charles-André Julien l’en avait dissuadé – pour des raisons qu’Omar a analysées a posteriori. En 1971-1972, il se met en mouvement pour écrire le DES qu’il projetait. 

Une expérience d’archives fondatrice à Paris, aux côtés de Claude Collot, ancien enseignant en Algérie comme lui. Et puis une rencontre décisive : le docteur Bensmaïn, ancien sympathisant de l’ENA. C’est par lui qu’il rencontre Messali Hadj. Omar fait du terrain. Continuer la lecture

En souvenir d’Omar Carlier, professeur émérite d’histoire contemporaine à l’Université Paris 7-Diderot (1943-2021)

Nourri des sciences politiques autant que de la sociologie, ancré d’emblée dans l’histoire ouverte à lui au collège par Lucie Aubrac, Omar Carlier a navigué du nord au sud, puis du sud au nord de la Méditerranée. Immergé en Algérie depuis 1969, il pratiquait une histoire politique attentive autant à l’archive qu’à l’enquête ou au sensible, loin des chapelles. De retour en France, lors de la décennie noire, Omar Carlier avait enseigné à Paris I puis dans l’UFR GHSS de Paris-Diderot, affilié au CESSMA. C’était un intellectuel attentif au renouvellement thématique et ouvert aux disciplines, et un être pleinement « humain » et généreux. Il a marqué de son empreinte les recherches sur l’Algérie, les sociabilités, les images, les sensibilités tout en apportant son analyse sur les symboliques ou les théories en sciences humaines et sociales au fil des années. Il nous manquera.

Odile Goerg.

Ci-dessous, un texte intitulé “Devenir historien de l’Algérie” (2018), dans lequel Omar Carlier revient sur son parcours personnel et intellectuel (au format PDF)